4.08.2014

Entrepreneuriat social : des modèles innovants face au défi du développement

Par Valérie Talmon, business.lesechos.fr, 07-04-2014 

http://business.lesechos.fr/images/2014/04/07/62384_1396875323_economie-sociale-solidaire.jpg
Crédits photo : shutterstock.com
La 3ème édition du baromètre de l’entrepreneuriat social 2014, publiée ce 7 avril, met en lumière des entrepreneurs innovants et un secteur en consolidation.


90% : c'est le pourcentage des entrepreneurs sociaux qui pensent pouvoir recruter dans les prochaines années. Un chiffre qui montre que l'entrepreneuriat social s'installe de plus en plus dans le paysage économique hexagonal.
Dans la troisième édition du baromètre de l'entrepreneuriat social, réalisé par Convergences, plateforme de réflexion, en en partenariat avec KPMG, Ashoka et le Mouvement des Entrepreneurs Sociaux (Mouves), l'opinion des consommateurs semble également renforcer cette tendance. 64% (+7% vs 2013) des Français connaissent le terme «économie sociale et solidaire». 31% des français déclarent connaître l'«entrepreneuriat social». Si elle reste minoritaire, cette connaissance est en forte progression depuis 2012 (+13% ).
Ces entreprises apparaissent toujours comme les plus innovants (39% ), et les plus utiles (61% ), dans la résolution des problèmes environnementaux et sociaux devant les pouvoirs publics, la société civile et les entreprises classiques.
A la vue de ces résultats, pour Jean Michel Severino, Président de Convergences,   «l'entrepreneuriat social s'affirme de plus en plus comme une réponse crédible et innovante aux grands défis du 21ème siècle

Co-innovation avec d'autres entreprises

Du côté des entrepreneurs sociaux, 71% (+17% ) déclarent que leur budget vient de la vente de produits ou de services, une donnée qui montre bien que les business model innovants mis en place par ces entrepreneurs rencontrent une réelle demande. Pour passer à l'échelle supérieure, ces entrepreneurs sociaux réclament à 65 % davantage de moyens financiers, mais aussi le développement de partenariats avec d'autres entreprises (52% ). A noter qu'ils sont moins nombreux qu'avant à réclamer une plus grande reconnaissance de la part des pouvoirs publics : la création d'un poste ministériel dédié, avec Benoit Hamon, a sans doute fait bouger les lignes. Reste que depuis le remaniement, l'ESS a perdu son ministère… « Cette disparition pose la question de la place qui sera accordée aux entreprises du secteur dans les politiques économiques et sociales à venir en faveur de la compétitivité et de l'emploi. », indiquait le 3 avril dans un communiqué le Mouves, (mouvement des entrepreneurs sociaux)
Plus d'infos

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire