4.22.2014

Conseil Premier ministère: plan d’urgence pour l’accélération de la croissance économique au Cameroun

Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur Philemon YANG, a présidé ce lundi 21 avril 2014 à partir de 11H à l’immeuble principal abritant ses Services, un important Conseil de Cabinet. Y ont pris part le Vice Premier Ministre, les Ministres d’Etat, les Ministres, les Ministres Délégués ainsi que les Secrétaires d’Etat. L’unique point à l’ordre du jour de ces assises gouvernementales était l’examen du projet de « plan d’urgence pour l’accélération de la croissance économique au Cameroun », qui a fait l’objet d’une présentation par le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire.

Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur Philemon YANG, a présidé ce lundi 21 avril 2014 à partir de 11H à l’immeuble principal abritant ses Services, un important Conseil de Cabinet. Y ont pris part le Vice Premier Ministre, les Ministres d’Etat, les Ministres, les Ministres Délégués ainsi que les Secrétaires d’Etat. L’unique point à l’ordre du jour de ces assises gouvernementales était l’examen du projet de « plan d’urgence pour l’accélération de la croissance économique au Cameroun », qui a fait l’objet d’une présentation par le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire. Auparavant, le Conseil a suivi une communication spéciale du Chef du Gouvernement relative à l’intérêt et la nécessité, pour l’économie camerounaise, d’une intensification des efforts en vue d’une croissance soutenue et durable. Il est notamment revenu sur l’interpellation du Chef de l’Etat au Gouvernement, prescrivant de donner d’un coup d’accélérateur à la croissance économique dans l’optique de relever le défi de l’émergence en 2035. Le Premier Ministre a rappelé que la recherche d’une croissance forte constituait, avec la création des emplois, les deux piliers de la stratégie nationale de développement que les pouvoirs publics exécutent depuis cinq ans. Il a souligné qu’une augmentation plus significative du Produit Intérieur Brut (PIB), outre qu’elle nous rapproche de l’objectif d’émergence, aurait dans l’immédiat un effet bénéfique sur la notoriété du Cameroun et par ricochet, sur les investissements directs étrangers et nationaux ainsi que sur les recettes budgétaires. La parole est ensuite revenue au Ministre chargé de l’économie pour la présentation des grandes lignes du projet de plan d’urgence pour l’accélération de la croissance économique au Cameroun dont l’objectif est d’atteindre, dès 2014, au moins 6% de taux de croissance et d’engranger dans les années prochaines d’autres gains substantiels d’augmentation des différentes productions et de la richesse nationale. Le Ministre a souligné que ce plan, adossé sur le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE) a été élaboré de manière participative, notamment avec l’apport des organisations représentant le secteur privé. Il sera financé sur les ressources du budget 2014 et comportera un programme dédié d’investissements prioritaires. Parce que le secteur privé devrait être le principal moteur de croissance, les actions et mesures retenues tendent, entre autres à améliorer le climat des affaires, moderniser l’appareil de production, renforcer l’accès et la disponibilité des facteurs de production, favoriser l’accès aux financements et accélérer l’industrialisation. Relativement aux investissements publics, il s’agira de relever le taux d’exécution du budget 3 d’investissement public (BIP) pour le porter à plus de 90%, d’améliorer la maturation des projets inscrits au BIP et d’accélérer la mise en vigueur des accords de financement, pour une utilisation plus conséquente des ressources issues de la coopération bilatérale et multilatérale. Les échanges qui ont suivi cette présentation ont permis d’apporter des améliorations au projet de plan d’urgence, qui sera soumis à la haute approbation du Président de la République. Le Premier Ministre a rappelé aux membres du Gouvernement que les mesures et actions inscrites dans la matrice du plan d’urgence pour l’accélération de la croissance économique, aussitôt approuvées devront bénéficier d’un traitement prioritaire dans les administrations. A cet effet, il a instauré deux mécanismes de monitoring, l’un mensuel et l’autre bimestriel ; dans le cadre des instances chargées du suivi de la mise en œuvre du Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi. Le Conseil s’est achevé à 14h30./- Yaoundé, le LE SECRETAIRE GENERAL DES SERVICES DU PREMIER MINISTRE, Louis Paul MOTAZE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire