4.05.2014

6,7% de prévisions de croissance en Zone CEMAC en 2014

Par Jocelyne NDOUYOU, Cameroon Tribune, 04-04-2014
Les prévisions sont du Comité de politique monétaire de la sous-région, réuni à Malabo la semaine dernière.
Le 26 mars dernier, le Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) a tenu sa première session ordinaire de l’année 2014 à Malabo en Guinée équatoriale. C’était sous la présidence de Lucas Abaga Nchama, gouverneur de la BEAC et président du Comité. Au menu des assises, l’évaluation générale de la situation macroéconomique au niveau mondial et sous-régional au second semestre 2013, et les perspectives pour l’année 2014.

Le CPM a ainsi noté, au plan mondial, la reprise de l’activité économique à un rythme modéré. Dans le communiqué rendu public à l’issue de la réunion, il est expliqué que « cette évolution résulte du raffermissement de la demande intérieure et extérieure de la plupart des économies avancées ». Il est également souligné que le renforcement de l’activité économique devrait se poursuivre au cours de ce premier semestre 2014, déjà entamé, en relation avec une relance plus prononcée dans les économies dites avancées, en particulier aux Etats-Unis d’Amérique. Au plan sous-régional, le Comité a relevé un tassement de la croissance économique à 0,8% en 2013, contre 5,7% en 2012 ; une baisse du taux d’inflation (2% contre 3,8 % en 2012) et un niveau de couverture extérieure de la monnaie confortable, estimée à 97,9% en 2013.
Pour ce qui est des perspectives économiques dans la zone CEMAC en 2014, les membres du CPM envisagent une accélération sensible de l’activité, « soutenue par une hausse de la demande intérieure, un regain d’activité dans le secteur non pétrolier, en corrélation avec la bonne tenue des branches des bâtiments et travaux publics, et des industries manufacturières ». Le communiqué parle également d’une reprise progressive dans le secteur pétrolier. Toute chose qui permet d’estimer la croissance économique à 6,7% en termes réels pour l’année 2014 ; un taux d’inflation à 3% et le taux de couverture monétaire à 99,5%. Le solde budgétaire quant à lui reviendrait à l’équilibre. C’est en tenant compte de ces analyses et d’autres facteurs que le CPM a décidé de maintenir le taux directeur de la BEAC à 2,5%. Un taux applicable depuis 2013 pour permettre aux banques de mieux s’impliquer dans le financement de l’Economie, sans prendre trop de risques.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire