2.01.2014

Parlement: comment améliorer le travail des élus

Par Armand ESSOGO, Cameroon Tribune, 31-01-2014

Comment travaillent les parlementaires camerounais ? La question mérite d’être posée. Député ou sénateur, le parlementaire a besoin d’un cadre de travail en dehors de l’hémicycle pour bien étudier les dossiers soumis à son appréciation.

 Jusqu’ici, on a eu l’expérience des députés qui se ruent vers les cabinets des présidents des groupes parlementaires pour leur concertation, récupérer du courrier, ou pour passer un coup de fil. Au Sénat, les parlementaires ne sont guère outillés. Ils ont encore pour point de chute les bureaux du secrétariat général. Et c’est le personnel mis à la disposition de la chambre haute qui s’occupe des urgences. Les conditions de travail des députés et des sénateurs sont encore un peu laborieuses.
Si on met de côté quelques exceptions, très peu de parlementaires disposent d’une permanence parlementaire. Ceux qui ont cette chance mettent cette structure à profit pour engager du personnel pour les formalités administratives, les rendez-vous et ça semble plutôt marcher. En général, les élus travaillent à domicile lorsqu’ils ne transforment pas leurs hôtels en cabinets.

 Après les dernières élections, sénateurs et députés doivent maintenant répondre aux besoins de tous les Camerounais, sans la moindre discrimination. Comment par exemple s’assurer que les consommateurs ne seront pas floués par les opérateurs de téléphonie mobile, les entreprises de distribution de distribution d’eau ou d’électricité lorsqu’un projet de loi est déposé dans l’une ou l’autre chambre du parlement ? Comment bien comprendre la loi de finances et mieux défendre les intérêts des populations lorsque les ministres défilent devant la commission des finances et du budget ? Les députés sont les premiers à se poser ces questions. Même si le parlement recrute de plus en plus en son sein des hauts fonctionnaires, des avocats et des universitaires, ces derniers ne sont pas spécialistes en tout. Ils ont donc besoin de consulter des experts et parfois payer pour ce service. La raison de ce surplus d’efforts, les parlementaires ne disposent pas de bureaux à l’Assemblée nationale ou au Sénat. Et pourtant ils doivent remplir les exigences de leurs mandats. Dans un tel contexte, comment améliorer le travail des élus ?
Nombre de parlementaires (députés et sénateurs confondus) assurent qu’il leur faut des bureaux. Et surtout des collaborateurs pris en charge par les institutions au lieu de la situation actuelle où les élus se débrouillent au petit bonheur de la chance. D’autres souhaitent avoir plus de moyens financiers pour faire face à leurs contraintes de cabinets. En terme d’initiatives, comment ne pas s’incliner devant celle du sénateur UNDP Pierre Flambeau Ngayap. Pour avoir des résultats, ce parlementaire a eu la brillante idée de lancer deux avis d’appel d’offres pour le recrutement d’un attaché parlementaire et d’une attachée de communication et d’image.>>>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire