2.01.2014

Le PM insiste sur l’impérieuse cohésion dans l’action gouvernementale


Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Son Excellence Philemon YANG, a présidé ce vendredi 31 janvier 2014 à partir de 8 h 30 mn à l’immeuble principal abritant ses Services, un Séminaire Gouvernemental dédié à l’appropriation des outils et méthodes de la performance dans le travail gouvernemental.
Y ont pris part, outre ses proches collaborateurs, le Vice Premier Ministre, les Ministres d’Etat, les Ministres, les Ministres Délégués ainsi que les Secrétaires d’Etat.
L’ordre du jour de ces assises comportait trois points, à savoir : 1. une communication spéciale du Premier Ministre, Chef du Gouvernement ; 2. un exposé du Secrétaire Général des Services du Premier Ministre sur « les feuilles de route comme outil de performance des administrations » ; 3. un exposé du Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire sur « les grands axes et les enjeux du Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE) ». Dans sa communication liminaire, le Chef du Gouvernement a précisé que ce Séminaire avait pour objectif de favoriser une meilleure appropriation des leviers de la performance, en vue d’une exécution optimale du Programme politique défini par le Chef de l’Etat. Il a insisté sur l’impérieuse cohésion verticale et horizontale dans l’action gouvernementale, avant de souligner les valeurs cardinales qui sous-tendent l’efficacité des politiques publiques et de l’action de l’Etat, à savoir la recherche permanente de l’intérêt général, le désintéressement et la primauté du service public. Intervenant à la suite du Premier Ministre, le Secrétaire Général de ses Services a fait savoir que les feuilles de route ministérielles constituent de véritables outils de performance des administrations. Leur prescription par le Président de la République vise à faciliter et à optimiser le pilotage des actions les plus importantes des départements ministériels, au cours d’un exercice donné. D’où la nécessaire appropriation des méthodes qui encadrent l’élaboration, l’exécution, le suivi et l’évaluation de ces instruments. Il a rappelé que, conformément aux directives constantes du Chef de l’Etat, l’élaboration des feuilles de route incombe aux chefs de départements ministériels. Les actions qui y figurent doivent découler des engagements pris par le Président de la République dans ses allocutions officielles et des budgets-programmes, lesquels sont alignés sur les priorités du DSCE. S’agissant de l’exécution et du suivi de la feuille de route, l’orateur a mentionné que les diligences y afférentes commencent avec l’exercice budgétaire, puisque les actions qui la sous-tendent ressortissent du budget programme. Des réunions de coordination doivent régulièrement être tenues et les descentes sur le terrain effectuées, dans le but de s’assurer de l’état d’avancement des activités programmées et de lever les écueils qui peuvent entraver leur bonne exécution. Pour finir, il a souligné la systématisation de l’autoévaluation semestrielle et annuelle de la feuille de route, à la diligence des chefs de départements ministériels. Les rapports qui en découlent font l’objet d’une contre-évaluation par les Services du Premier Ministre, préalablement à leur transmission à la Présidence de la République pour ultime appréciation du Chef de l’Etat. Au terme des échanges subséquents, le Premier Ministre a prescrit aux chefs de département ministériel une réelle appropriation de leur feuille de route, en tant que catalyseur des performances des administrations. Il a demandé aux ministères retardataires de transmettre sans délais à ses Services leur projet de feuille de route pour l’année 2014, en vue de la très haute approbation du Président de la République. Il a en outre prescrit des sessions de formation spécifiques à l’intention des responsables des ministères. Le Séminaire s’est poursuivi avec l’exposé du Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire qui a d’emblée rappelé le contexte d’élaboration du DSCE, cadre de référence de l’action gouvernementale. Il a souligné que le principal enjeu du DSCE est d’organiser la marche de notre pays vers une économie émergente à l’horizon 2035, avant de relever que les outils pour y parvenir sont disponibles, notamment les budgets programmes dans la mesure où ils rationnalisent les allocations budgétaires, les plans d’actions prioritaires adossés au DSCE et la feuille de route ministérielle, boussole de l’exécution des projets et programmes planifiés. Concluant son propos, il a énoncé les principaux défis à relever pour garantir le succès de la Stratégie pour la Croissance et l’Emploi, à savoir une meilleure planification et priorisation des interventions de développement soumis au budget de l’Etat ; une plus grande implication du secteur privé ; la rationalisation de l’activité de collecte des statistiques officielles ; l’affinement des synergies d’actions entre l’Etat, le secteur privé marchand et le secteur bancaire et/ou financier, en vue de la densification des investissements à long terme. A l’issue de cet exposé et des échanges qu’il a suscités, le Premier Ministre a demandé au Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, d’initier les réformes nécessaires pour l’atteinte des objectifs du DSCE ; de rationaliser l’allocation des fonds de contrepartie et de tenir la main à la finalisation des documents de stratégie sectorielle et ministérielle, afin d’assurer une meilleure adéquation entre les axes stratégiques du DSCE et les objectifs opérationnels déclinés dans les budgets-programmes et les feuilles de route ministérielles. Clôturant les travaux du Séminaire, au terme d’échanges denses et fructueux, le Premier Ministre a invité les membres du Gouvernement à traduire en actions concrètes les enseignements tirés des exposés et différentes contributions, afin d’accroitre la performance individuelle de chaque administration et partant, l’efficacité du gouvernement. Il a par ailleurs prescrit l’observance rigoureuse de la discipline budgétaire et a spécifiquement engagé les Ministres en charge des marchés publics, de l’économie et des finances, à prendre toutes les dispositions utiles visant à accélérer les procédures de passation des marchés et à garantir la disponibilité à temps des ressources destinées à la réalisation des projets gouvernementaux. Le Séminaire s’est achevé à 12h.- Yaoundé, le LE SECRETAIRE GENERAL DES SERVICES DU PREMIER MINISTRE, Louis Paul MOTAZE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire