2.05.2014

« Je n'ai rien à montrer. Je suis Samuel Eto'o »





International-Sport, Cameroon Tribune, 04-02-2014

Le capitaine des Lions indomptables a accordé lundi une interview à Rémi Dupré du journal "Le Monde". Lisez plutôt.

 Votre triplé contre Manchester United (voir la vidéo) répond-il aux critiques sur votre manque d'efficacité en championnat depuis le début de saison (6 buts en 13 matchs)?
Samuel Eto'o, ici fêtant son triplé face à Manchester United, le 19 janvier à Stamford Bridge, sous ses nouvelles couleurs de Chelsea. Samuel Eto'o : Je n'ai rien à montrer. Je suis Samuel Eto'o. Et je ne crois pas que je doive montrer quoi que ce soit à qui que ce soit. Je devrais plutôt essayer de prendre du plaisir. Ceux qui analysent le football savent que mes performances sont là. Je n'appartiens pas au groupe de joueurs considérés comme bons, mais au groupe des grands joueurs.


Après votre triplé, José Mourinho a déclaré : « C'est le retour du tueur de surface que je connaissais. »
Depuis le banc de touche, je ne peux pas montrer de quoi je suis capable. José sait tout ce que je peux faire sur un terrain. Je ne vais pas me satisfaire de ce qu'il a dit parce que je sais le faire. J'ai juste besoin d'être là pour le faire.
Pourquoi avez-vous choisi de venir à Chelsea après ces deux années passées dans le championnat russe ?
Il y a eu de la malchance avec la maladie de M. [Suleyman] Kerimov [l'oligarque et milliardaire russe de 47 ans, propriétaire de l'Anji depuis 2011, contraint de vendre ses vedettes et qui connaît actuellement des problèmes de santé]. Je ne serais peut-être pas venu à Chelsea. Avec ce malheur, il a fallu à un moment donné qu'on regarde les possibilités qu'il pourrait y avoir sur le marché. Et puis l'opportunité de Chelsea s'est présentée. Tout grand joueur souhaiterait avoir la carrière que j'ai eue et passer par un club comme Chelsea.

Votre style convient-il au jeu rugueux de la Premier League anglaise ?
Qu'il convienne ou pas, ce n'est pas à moi de juger. Je dois plutôt essayer de m'imposer et d'imposer mon football. C'est ce que j'essaye et que j'essaierai de faire le temps que je serai en Premier League.

Le retour de José Mourinho sur le banc de Chelsea a-t-il été l'argument qui vous a convaincu ?
José a pesé sur ma décision de venir à Chelsea à 80 %. Parce que j'avais déjà travaillé avec lui à l'Inter Milan. Cela s'était très très bien passé. On avait eu une fantastique équipe. Cette saison-là [2009-2010], on a pratiquement tout gagné [Championnat, Coupe d'Italie, Ligue des champions].

Qu'a-t-il apporté à votre carrière ?
José m'a permis déjà de faire un bon choix à l'été 2009. Un choix qui était difficile parce que je partais de Barcelone et il me fallait choisir le bon club à un moment où je devais prouver que ce que j'avais fait à Barcelone n'était pas un hasard. La suite à l'Inter, on la connaît.

Qu'a Mourinho de si spécial ?
J'ai connu quelqu'un de franc. J'aime les gens qui peuvent me dire les choses en face et qu'on puisse discuter. Je n'ai pas toujours connu ça dans ma vie. C'est pourquoi j'ai toujours eu ce respect pour lui.

Vous avez quasiment tout gagné dans votre carrière…
Sauf le Mondial… et la Premier League. J'ai eu la chance de jouer en Espagne, nous avons gagné. J'ai eu la chance de jouer en Italie, nous avons gagné. Et j'espère que, grâce à Dieu, je gagnerai aussi un titre en Angleterre. Et je crois que ma carrière sera vraiment remplie.

Cette saison, votre objectif est donc de remporter le titre en Premier League.
Ce n'est pas notre ambition. Manchester City doit gagner. Et nous, si jamais l'occasion se présente, on ne va pas dire « non ». Comme le dit le coach, ce n'est pas l'objectif du club cette année de gagner quoi que ce soit. La première année, il veut construire une bonne équipe. Et la saison prochaine, on doit exiger des titres.>>>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire