2.17.2014

Amis d’Allemagne, diaspora pour affaires

Par Rita Diba, Cameroon Tribune, 16-02-2014

Le club a officiellement lancé ses activités pour l’année 2014 vendredi dernier à Douala.

« L’apport de la diaspora entrepreneuriale camerounaise d’Allemagne dans le processus de l’émergence de notre pays ». Thème choisi par le Club des amis d’Allemagne pour sa rentrée 2014 à Douala, à travers une causerie. Au siège à Bonapriso le 14 février dernier, l’objectif à terme de cette rencontre était que la diaspora entrepreneuriale d’Allemagne soit consciente de son rôle de véritable partenaire au développement du Cameroun. Avec une réelle implication de l’Etat, qui devra prendre des mesures pour créer un environnement favorable au retour de ces Camerounais.
Selon des chiffres donnés par le Dr Jean Mathias Owona Nguini dans son exposé, environ 16 000 Camerounais vivent en Allemagne. Mais on ne compte qu’une centaine d’entrepreneurs. Il a donc appelé la diaspora à investir davantage au pays.
Rappelant sa place dans le processus de modernité économique du Cameroun. Avec l’acquisition ailleurs d’un savoir-faire à mettre en pratique sur le plan local. Autre rôle, celui de facilitateur d’initiatives. Avec la possibilité d’impulser des partenariats entre entreprises camerounaises et allemandes.
Les pouvoirs publics quant à eux doivent être capables de jouer un rôle central. Notamment avec la mise en place de facilités permettant une meilleure intégration des Camerounais vivant à l’étranger. Surtout que de l’avis général des participants aux échanges, le triangle national n’a pas le meilleur climat des affaires. Et au rang de facilité, par exemple, la diaspora pourrait avoir une représentation parlementaire pour mieux faire entendre sa voix.
Mais déjà, au niveau du Fne, comme l’a expliqué son représentant, il existe une initiative dénommée Paric, Programme d’appui au retour des immigrés camerounais. Avec, entre autres missions, l’aide à la réinsertion socio-professionnelle de la diaspora. Depuis 1996, plus de 3 000 membres de la diaspora en ont été bénéficiaires. Plus d’une centaine ont reçu un appui en équipement. Des appuis logistiques et financiers ont aussi été fournis.
Autre implication, celle du Gicam. Le Groupement assure la promotion de la libre entreprise, sans compter l’université du Gicam récemment lancée, qui permet aux initiateurs de projet de les exposer. Et pour rester en contact avec la diaspora, l’organisme a annoncé l’installation prochaine d’un représentant en Allemagne, après la France et le Canada.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire