1.29.2014

L’Etat cherche garantie pour le Financement des projets

Par Jocelyne NDOUYOU, Cameroon Tribune, 28-01-2014

Une agence spécialisée du groupe de la Banque mondiale a présenté lundi au gouvernement les opportunités de soutien qu’elle peut apporter au Cameroun.

Financements des projets L'Etat cherche garantieDepuis quelques années, l’Etat camerounais reçoit de plus en plus de propositions de financements et d’investissement de la part des étrangers pour la mise en œuvre du Document de stratégie pour la croissance et l’emploi.
Des propositions assorties d’une clause suspensive de garantie de remboursements de l’Etat.
En clair, pour bénéficier de ces financements, le Cameroun doit présenter des garanties aux investisseurs intéressés. Ce sont donc les facilités pour ces garanties que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (Miga) est venue présenter au Cameroun lundi. A cet effet, Michel Wormser, vice-président et directeur des opérations de l’agence s’est entretenue avec des membres du gouvernement au ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat).
La séance de travail informationnelle, a permis à la délégation de la Miga déjà un peu présente au Cameroun (télécommunications et agro-industrie), de donner des précisions sur les domaines d’interventions et les procédures pour bénéficier de son assurance. Ainsi donc, l’Agence se focalise davantage sur les secteurs des infrastructures, de l’agro-industrie, de la transformation et des transports. Avec un soutien plus accru aux projets portés par le secteur privé ou ceux réalisés en partenariat public-privé. Michel Wormser a également souligné que l’Agence qu’il représente peut non seulement garantir les investissements étrangers au Cameroun, mais aussi ceux du Cameroun à l’étranger.
Le Minepat, Emmanuel Nganou Djoumessi, a affirmé que le gouvernement est preneur de ces garanties, mais doit s’organiser pour que cette prise soit rentable tant pour l’Etat que pour les populations qui doivent voir leur cadre de vie s’améliorer grâce aux projets ainsi financés.  La partie camerounaise souhaite notamment que ses investissements soient garantis de manière globale et non-ciblée comme la Miga semble le faire partout ailleurs. Ces détails et bien d’autres feront donc l’objet de discussions entre experts.>>>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire