1.04.2014

Bertin Nahum:Une ''success story'' à la française

Source: APCE
Itw revue de prospective num 6 Bertin NahumA 44 ans, Bertin Nahum a déjà un parcours exceptionnel dans un univers qui reste encore largement à explorer : la robotique. Son entreprise, Medtech, qui commercialise dans le monde entier des robots chirurgicaux, a été placée sur le devant de la scène fin 2012 lorsqu'une revue scientifique canadienne classa son fondateur comme 4ème entrepreneur high-tech le plus innovant au monde après Steve Jobs, Marc Zuckerberg et James Cameron. Au moment où cette PME montpelliéraine vient de connaître une nouvelle étape de son développement avec son entrée à la Bourse de Paris, nous vous proposons une rencontre avec cet entrepreneur porte-drapeau d'une politique française de l'innovation ambitieuse et qui exporte son savoir-faire.


Interview :
Vous avez fondé Medtech en 2002, pourquoi vous êtes-vous lancé dans l'aventure entrepreneuriale ?

Dans mon cas, l'envie et le choix d'entreprendre est intimement lié à la découverte de la robotique mini-invasive , durant mes études d'ingénieur. C'est en prenant part à la conception d'un logiciel en mesure de détecter automatiquement des lésions crâniennes à partir de scanners que ma curiosité pour le secteur de la chirurgie s'est affirmée. Les perspectives de développement exceptionnelles de ces techniques à travers le monde m'ont alors interpellé. J'ai donc en premier lieu multiplié les expériences professionnelles, pendant près de dix ans, auprès des meilleurs chirurgiens, au sein de grands groupes de robotique chirurgicale. Ce n'est qu'une fois cette connaissance du terrain acquise que j'ai décidé d'entreprendre, convaincu du potentiel de croissance des sociétés faisant le choix de la chirurgie mini-invasive.

Pouvez-vous nous dire en quoi la robotique peut être un vecteur de compétitivité pour nos entreprises et notamment nos petites entreprises ?

La robotique, de manière globale, est aujourd'hui reconnue comme la prochaine grande révolution industrielle. Les chiffres sont là : un marché de la robotique de service estimé à 100 milliards d'euros en 2020 par la Commission européenne, quelques dizaines de milliers d'emplois créés à l'horizon de cinq à dix ans d'après le Pôle interministériel de prospective et d'anticipation des mutations économiques (Pipame), etc. La robotique médicale constitue également un marché très important et répond à une attente forte de la part des professionnels de santé et des patients. Il est aujourd'hui évident que les prochaines années seront marquées par le fort développement de la robotique, en particulier en France, qui est d'ores et déjà reconnue comme un acteur essentiel de ce marché. En effet, notre pays dispose d'excellents ingénieurs, d'intégrateurs de haut niveau, de startups innovantes… autant d'éléments forts qui font de la robotique un choix plus qu'intéressant pour les entrepreneurs.

La filière robotique française compte à ce jour principalement des startups, comment favoriser l'émergence de leaders mondiaux « Made in France » dans ce domaine ?

Vous soulevez ici un point très important. Il est vrai que l'ensemble des atouts différenciants dont nous disposons ne suffisent pas. Pour s'imposer durablement dans cette course au leadership, dans laquelle Américains, Japonais et Sud-coréens sont très bien placés, nous avons besoin d'une véritable dynamique d'innovation, de transformer l'essai. Trop souvent, les nombreuses inventions qui naissent en France grandissent à l'étranger, rachetées par de grandes entreprises. Nous continuons de passer à côté de la création d'emplois et de valeur qui découle de ces innovations ! Il est essentiel que l'Etat et ses partenaires se donnent les moyens concrets de la préservation des inventions françaises. Cela passe par la promotion active de l'achat innovant, par la simplification des procédures de marchés publics pour les PME et les TPE et, avant même ces initiatives qui commencent aujourd'hui à prendre forme, par la diffusion de la confiance, formidable moteur de réussite !

Vous êtes parvenu à commercialiser « Rosa » dans une vingtaine d'établissements hospitaliers, qu'est-ce qu'un entrepreneur doit avoir à l'esprit lorsqu'il veut développer son activité à l'international ?

Notre technologie dédiée à la neurochirurgie, ROSA™ Brain, est aujourd'hui présente dans une vingtaine de pays, en France, aux Etats-Unis, en Allemagne, en Russie, en Arabie saoudite, etc. ROSA™ Spine, dédiée aux procédures chirurgicales sur le rachis, est en attente d'homologation, pour une commercialisation devant débuter fin 2014. Pour répondre à votre question, il me semble que l'essentiel, pour un entrepreneur souhaitant se déployer à l'international, c'est d'avoir une connaissance très forte de l'écosystème de son activité dans les pays qui l'intéressent. Pour ma part, c'est après plusieurs années d'expérience aux Etats-Unis que j'ai décidé de créer ma société, et de l'implanter en Languedoc-Roussillon. De manière générale, la recherche de développement international nécessite la plupart du temps une remise en question, une réflexion profonde sur son offre, sur ses produits, une analyse approfondie des moyens et des ressources indispensables au déploiement de ce projet, etc. Au-delà de ces éléments, le facteur humain est bien évidemment essentiel : un management fort et des réseaux commerciaux de confiance représentent des conditions sine qua non à un développement international réussi.

Un des enjeux cruciaux en matière de robotique est le transfert de technologies entre laboratoires de recherche et entreprises, quelle est votre « recette » afin que nous soyons capables de mieux vendre nos inventions ?

Il s'agit d'un élément essentiel, d'autant plus que nous disposons d'excellents chercheurs et ingénieurs en matière de robotisation. Cette question ne se pose pas comme telle chez Medtech, puisque nous internalisons la recherche et développement. Quoi qu'il en soit, et cela vaut pour les entreprises de robotique mais aussi pour l'ensemble de nos technologies, je pense qu'il faut, dès le stade de la recherche, inciter les chercheurs à déployer des applications industrielles à partir de leurs résultats. Par la suite, il me semble important de permettre aux petites et moyennes entreprises de pouvoir acquérir une technologie développée par un laboratoire public. C'est à ces conditions que nous pourrons fusionner nos forces pour mieux innover. 

L'une des mesures du plan gouvernemental intitulé « France Robots Initiatives » est le projet « Start PME » qui vise à accompagner les PME-PMI dans leur premier projet de robotisation, quelles difficultés avez-vous rencontrées lors de votre première expérience en la matière ?

On en revient au manque de soutien concret à l'innovation… Ma première expérience en matière d'entrepreneuriat en robotique remonte à la conception d'une technologie mini-invasive dans la pose de prothèse du genou. Nous avons à l'époque reçu une subvention d'Oséo Languedoc-Roussillon, qui nous a grandement aidés. Mais, en 2006, Medtech a dû vendre ses brevets au leader américain en robotique orthopédique. A cette époque, les acteurs institutionnels français n'ont pas su accompagner le développement de notre technologie, pourtant considérée comme une pépite à l'étranger. >>>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire