1.28.2014

A compétences égales, quel candidat est choisi par les recruteurs ?

Par Céline Chaudeau, Cadremploi.fr, 24-01-2014

Comment choisir entre plusieurs candidats qui présentent une expérience et des compétences équivalentes pour un même poste ? Quel est le petit plus, au-delà du CV, qui peut faire la différence en entretien ? Des professionnels du recrutement, parfois sous couvert d'anonymat, dévoilent quelques uns de leurs critères. Ces derniers ne sont pas toujours politiquement correct. Mais mieux vaut être prévenu...

1 - Le candidat le plus sympa

« Lequel sera le mieux à même de s'intégrer dans l'équipe ? ». C'est la question qui taraude les recruteurs, au-delà de la question du CV du candidat. « Une entreprise, c’est comme l’équipe de France de foot, observe Alexis Donot, PDG de l’Argus de la presse, qui avoue avoir souvent hésité entre deux candidats. Les talents individuels ne servent à rien si les membres de l'équipe se tirent dans les jambes. Je recrute des personnes avec autant de savoir-faire que de savoir-être. C’est pourquoi, à compétences égales, je prends parfois le plus candidat... le plus sympa. »

2 – La candidat qui connaît le mieux l'entreprise

Pour Pierre Emmanuel Dupil, directeur général du cabinet Michael Page, l’entretien est justement l’occasion de sortir du lot. « Il faut absolument préparer des questions intéressantes car on donne systématiquement la parole au candidat, au moins à la fin de l’entretien. La curiosité est appréciée, tout comme la connaissance des activités et des projets de l'entreprise. Ces questions montrent que le candidat porte de l’intérêt à la structure et à l’offre proposée », note ce dernier.

3 - Le candidat qui se projette le mieux dans le poste

Cécile Bernat, consultante RH à l’Atelier du recrutement, confirme l’intérêt d'aborder précisément la question des missions qui vous seront concrètement attribuées. « Evidemment, le candidat qui s’étend sur le montant des tickets resto va se disqualifier. A l’inverse celui qui, par ses interrogations, montre qu’il a compris les enjeux et les problématiques du poste et parvient à s’y projeter sortira gagnant. »

4 - Le candidat qui assume ses faiblesses

Ancienne chef de publicité et auteure du livre Sans emploi ? Trouvez votre voie et rebondissez !, Hélène Picot a toujours apprécié les candidats qui sortaient grandis d’une expérience passée. « Les candidats qui ont la franchise et la capacité d’admettre certaines erreurs, et qui en ont tiré des enseignements positifs, sortent généralement gagnants. » Évidemment, c'est un exercice sensible : il faut savoir valoriser un échec, le but n'étant surtout pas d'avouer une lacune qui sera négative dans le cadre de vos prochaines fonctions.

5 – Le candidat qui a le meilleur réseau

Selon Jean-François Amadieu, à compétences égales, la différence se joue surtout, au final, en fonction du réseau du candidat. « Pour un poste de cadre, on est souvent embauché en raison de ses relations au-delà de ses compétences », rapporte le spécialiste en gestion des ressources humaines, auteur de l’ouvrage DRH : le livre noir. Votre réseau, il ne faut donc pas hésiter à en parler !>>>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire