12.13.2013

Un déficit de plus de 602 milliards de F dans l'Import-export

By Sorèle GUEBEDIANG, Cameroon Tribune, 11-12-2013

Au premier semestre 2013, les quantités de biens offertes à l’exportation par le Cameroun ont été insuffisantes pour compenser les dépenses d’importations.


Dans la plupart des grandes surfaces et magasins de Yaoundé, le constat est clair. Les marchandises qui y sont commercialisées viennent en majorité des pays d’Europe, d’Asie et d’Amérique. On peut entre autres citer le riz, les produits laitiers, les produits alimentaires et cosmétiques, les liqueurs, les vins et spiritueux et la liste est loin d’être exhaustive. « Tout ce qui est vendu ici vient d’ailleurs, en dehors des eaux minérales, de certaines huiles végétales fabriquées au Cameroun », confirme Parfait T, commerçant au marché central de Yaoundé.
 D’après le rapport de l’exercice 2013 sur la situation et les perspectives économiques, sociales et financières du Cameroun, au premier semestre 2013 et en glissement annuel, le déficit commercial se creuse et s’élève à 602,1 milliards. Le taux de couverture des importations par les exportations se stabilise autour de 62,7%. Hors pétrole, le déficit commercial se réduit de 168,3 milliards pour s’établir à 715,6 milliards de F. Une réduction  qui découle de la hausse de 16,7 % des exportations et d’une baisse de 6% des importations.
Concernant les exportations des produits, au premier semestre 2013, et en glissement annuel, les exportations en volume augmentent de 2,9 % contre 2,1 % en 2012. Cette hausse est liée à celle des quantités vendues des biens tels que le caoutchouc, le cacao brut en fèves, de l’aluminium (+34%), les bananes fraîches(+22%) et le bois en grume (+8%). Un recul est cependant observé dans le volume exporté de certains produits notamment le ciment, le café, l’huile de palme, les feuilles de placage de bois, les huiles brutes de pétrole et le coton brut. La baisse des cours mondiaux des produits de rente exportés par le Cameroun détériore les termes de l’échange qui passent de 22,1% en 2011 à -8,6% en 2012. En 2013, ils s’établiraient a -4,6% consécutivement à l’augmentation des cours de certaines matières premières.>>>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire