11.23.2013

L'Aviculture entre faible consommation et faible production

Par Assiatou NGAPOUT, Cameroon Tribune, 21-11-2013

Les acteurs et experts de la filière ont entretenu le public à ce sujet mercredi dernier à Yaoundé.

Les camerounais ne consomment pas assez de poulet et la production avicole (poulet) ne satisfait pas encore la demande au Cameroun. Estimé à trois poulets seulement par habitant et par an selon le Fao, il est temps que cette filière multiplie son rendement. C’est l’annonce faite par le Dr Ebode Sylvain Blaise, ministère de l’Elevage, de la Pêche et de l’Industrie animale Minepia).
Et de poursuivre que l’aviculture familiale et industrielle ne demande qu’à être financé par le gouvernement. C’est dans cette optique que les experts de la filière avicole et du Minepia, Dr Taïga, ont planché sur ce sujet lors de la conférence-débat organisée par l’Association Afrique-France, économie et culture (Afec) à l’hôtel Hilton de Yaoundé mercredi dernier. L’objectif étant de voir dans quelle mesure accroître la production avicole au Cameroun afin de permettre à chaque consommateur de pouvoir s’offrir au moins un poulet.
Il ressort en effet, de cette conférence-débat, que l’insuffisance financière et la faible production des intrants (maïs et soja) sont des facteurs qui ralentissent le développement de cette production. La consommation du poulet est devenu un luxe depuis les années 1990-2006 à cause de la crise économique, la découpe de la volaille importée et la grippe aviaire, la production de poussins d’un jour était passée de 600 000 à 50 000 par semaine. Avec une augmentation des prix sur le marché où le poulet standard est passé de 2 000 F à 3 800 F>>>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire